Calcutta – Back to school

Please go directly below the pictures for the English version

En arrivant à Calcutta, nous savions que notre séjour serait un peu particulier puisque nous allions passer un mois entier au même endroit. Exit le sac à dos, on allait enfin pouvoir disposer de nos affaires sans avoir besoin de farfouiller dedans ! On redécouvre les petits plaisirs de la vie 😉

On a été chaleureusement accueillis par l’équipe JJDMS, avec pancarte à nos noms à l’aéroport ! JJDMS est la Joy Jeet Memorial School, créée par Shimanti Das en mémoire de son fils emporté par une leucémie à l’adolescence. L’école est implantée dans le quartier de Tollygunge, dans le sud de Calcutta où se côtoient pauvreté et classes moyennes à aisées. L’école accueille en majorité des enfants musulmans qui vivent autour de l’école dans des conditions précaires. 260 enfants sont inscrits à l’école et l’organisation des classes se déroule comme suit : les 2-4ans de 9h à 10h30, les 4-6 ans de 11h à 13h. Puis les 6-8 de 17h à 18h30 et enfin les 8-10 de 18h30 à 20h. Les enfants sont tous censés être scolarisés dans les écoles publiques du quartier, et la JJDMS vient en complément pour assurer du soutien scolaire aux plus âgés, et de l’éveil pour les plus petits qui ne sont pas encore scolarisés. La JJDMS permet aussi d’éviter que ces enfants errent dans la rue, dans laquelle ils se retrouvent dès la sortie des cours.

Notre engagement consistait à animer les 4 classes de la journée, du lundi au vendredi. Nous avons été très vite mis dans le bain puisque dès l’après midi de notre arrivée, on nous a confié les classes du soir ! Nous nous en sommes sortis avec un peu d’imagination et l’aide des membres de l’équipe mais nous avons vite profité du WE qui arrivait pour organiser les points d’apprentissage que nous proposions de partager avec les enfants, et trouver des activités, des chansons, des jeux et des exercices. Nous nous sommes très vite rendu compte que le métier de prof est éreintant, car il faut constamment trouver des nouvelles activités qui vont plaire et amuser les enfants, sous peine de perdre leur attention très vite ! Les premiers soirs, nous rentrions complètement vannés à notre guest house ! Toutefois, le contact avec les enfants a tout de suite été très positif : notre peau blanche intriguait pas mal les plus petits (notamment une petite fille qui pleurait dès qu’on s’approchait d’elle !!) et les plus grands étaient contents de voir de nouveaux profs, peut être un peu moins sérieux que leurs profs habituels !
‘Cotton eye Joe’ et ‘A la queue leu leu’, ont révélé des petits fêtards en devenir, tandis que les comptines de ‘Ainsi font font font les petites marionnettes’, la version anglaise de ‘frère Jacques’ et ‘The wheels on the bus’ ont rencontré un franc succès !

Nous avons été impressionés de voir avec quel entrain les enfants viennent en cours, ils sont toujours motivés pour participer ou aller au tableau, même s’ils ne connaissent pas la réponse. Ils lèvent le doigt, ils chantent à gorge déployée, et nous apostrophent constamment par nos surnoms « uncle » et « auntie », y compris lorsque nous les croisons dans la rue.

Pendant un mois c’était un véritable plaisir de retrouver ces boules d’énergie. Malgré la barrière de la langue on s’est beaucoup amusé avec eux et ils nous ont apporté énormément. Ils dégagent une joie de vivre très communicative et pleine de sourires qui ne reflète pas les conditions de précarité dans lesquelles ils vivent et dont nous nous sommes rendus compte tous les jours sur le chemin de l’école. Tous les enfants vivent autour de l’école et il nous arrivait fréquemment de les croiser dans la rue et de voir leur lieu de vie, que nous avons du mal à appeler maison. Toute la famille est dans le même abri ou la même pièce, souvent exiguë et où tout se passe : la cuisine, les repas, la TV (quand ils l’ont), les devoirs… Toute la famille dort dans un même lit ou parfois dessous quand ils sont trop. C’est une des choses qui nous a marqué en Inde : le manque d’intimité et d’espace personnel. Un grand nombre fait la queue tous les jours pour prendre une douche dans la rue et à la vue de tout le monde autour des points d’eau. Ainsi tous les matins sur le chemin de l’école, nous voyions des hommes dans leur dhoti (pagne) attendre tout savonnés leur tour pour pouvoir se rincer.

Chapeau à l’équipe, qui depuis plus de 10 ans prend en charge ces enfants, avec beaucoup d’enthousiasme et d’énergie. Elles travaillent avec les parents pour s’assurer de leur soutien dans l’éducation des enfants, pour qu’ils les laissent rejoindre l’école. Entraînées par Shimanti, elles se démènent aussi pour récolter des fonds et assurer la pérennité de l’école. Elles passent aussi des accords avec des entreprises qui fournissent tous les jours de la nourriture aux enfants : un goûter, des fruits…

Au cours de notre voyage en Inde, nous avons été confrontés plus d’une fois à la misère et à la mendicité (notamment des enfants) devant laquelle on s’est sentis à chaque fois tristes et impuissants, Être pendant un mois auprès des enfants à l’école nous a permis, à notre petite échelle d’établir des liens avec eux et avec leur communauté. De nous rendre compte qu’ils ont de la joie de vivre malgré leurs conditions de vie difficile, choses qu’on ne perçoit pas immédiatement lorsqu’on croise seulement les gens dans la rue. Ce passage à l’école nous a davantage ouvert les yeux sur les conditions de vie d’enfants défavorisés dans une mégalopole indienne. Ces enfants qui reçoivent une éducation et pour certains d’entre eux, un sponsoring pour des études supérieures, ont désormais une chance d’avoir un futur différent de celui de leurs parents.

More pictures on our Facebook page.

jjdms team
The JJDMS team almost complete
hands
Ainsi font font font…
group
One of the afternoon class
coco
Kids loved Coco!
bday lolo
Lolo’s birthday

English version:

We knew our stay in Calcutta would be a bit special since we were going to spend a whole month at the same place. Exit the backpacking, and the joys of it !

We were warmly greeted by the JJDMS team in the airport. JJDMS is the Joy Jeet Das Memorial School, created by Shimanti Das in memory of her son who passed away when he was a teenager because of a blood cancer. The school is located in the district of Tollygunge in the south of Calcutta where poor and middle class people live together. The school welcomes mostly Muslim children whose community is established in the same area in precarious conditions. 260 children are enrolled in the school and the classes are organised as follows: 2-4yrs from 9am to 10.30am, 4-6yrs from 11am to 1pm. Then the 6-8 from 17h to 18h30 and finally the 8-10 from 18h30 to 20h. The children are all supposed to be enrolled in public schools in the neighborhood and the JJDMS comes as a complement to provide school support for 6+, and early learning activities for the younger ones who don’t go to a public school yet. The JJDMS school action also prevents these children from wandering in the streets, until their parents come back from work.

Our commitment was to lead the 4 daily classes, from Monday to Friday. We had to hit the ground running as we landed on a Friday morning and were leading the evening classes on that same day ! We got away with a little imagination and help from the team. The coming week-end gave us some time to put together the learning points we wanted to share with the kids during this month and to find activities, songs, games and exercises to support those. We quickly realized that teaching is exhausting, having to constantly alternate activities that will keep the children focused, as well as entertaining them! Come to the end of the first days, we were completely hammered! However, the contact with the children was immediately very positive: our white skin intrigued a lot the smallest (especially a little girl who was crying as soon as we were approaching her) and the older ones were happy to see new teachers, that were bringing their lot of new games and songs!
Party songs like ‘Cotton eye Joe’ and ‘A la queue leu leu’, revealed the party animals in the making, while « brother John » and « The wheels on The bus » had a great success!

We were impressed to see how keen the children were to go to school, always enthusiastic and motivated to participate or to go to the board, even if they didn’t know the answer : raising their fingers, singing out loud and very often calling us by our nicknames “uncle” and “auntie” (even in the streets!)

It was a real pleasure to be with these children full of energy. Despite the language barrier, we had a lot of fun with them and they brought us a lot. They are very smily and expressive and their joy contrasts with their living conditions that we saw every day on the way to school. All the children live around the school and we frequently met them on the street and saw where they lived. The whole family is in the same shelter or room, often cramped and where everything happens: cooking, meals, TV (when they have it), homework … The whole family sleeps in the same bed or sometimes below it when they are too many people. This is one of the things that stroke us in India: the lack of privacy and personal space. A lot of people queue up every day to take a shower at the public water point in the street. Thus every morning on the way to school, we saw men all soaped in their dhoti (piece of fabric) waiting for their turn to rinse.

Hats off to the JJDMS team, which for more than 10 years has been taking care of these children, with great enthusiasm and energy. They work with the parents to make them understand the importance of education for their children. Coached by Shimanti, they also raise funds and ensure the sustainability of the school. They also make agreements with companies to provide snacks every day to children: biscuits, fruits …

During our trip to India, we were confronted more than once by misery and begging (including children) which made us feel sad and helpless every time. Spending time with children at school has allowed us on our small scale to connect with them and with their community. We realized that they have the ‘joie de vivre’ despite their difficult living conditions ; something that we do not perceive immediately when we only see people on the street. This transition to school has opened our eyes to the living conditions of deprived children in an Indian megalopolis. This gives hope because these children who receive an education, and sponsorship for higher education for some of them, now have a chance to have different perspectives from that of their parents.

One thought on “Calcutta – Back to school

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s