Jodhpur, villages Bishnoïs

Please go directly below the pictures for the English version

Après une bonne nuit de repos, nous partons pour une balade à travers la vieille ville, vers la forteresse de Mehrangarh, édifiée au XVe siècle et juchée au sommet de la falaise. C’est impressionnant. Le palais a été transformé en musée, après que les maharadjas aient déménagé dans un autre palace alentour.

On a navigué entre les armes, armures, nacelles d’éléphants, palanquins (équivalents de nos chaises à porteurs, mais il en fallait 8) en osier et verre, fer et bois ciselé, et les landeaux de bébés maharaja. De très belles pièces, comme la salle de réception et de spectacles de danse, la chambre du Maharadja, ou encore la salle d’audiences avec les omniprésents moucharabiehs. C’est un bijou de forteresse, avec des courettes intérieures dotées de magnifiques fenêtres qui font penser à de la dentelle de pierre. C’est peut être le fort qui nous a le plus conquis.

Pour s’échapper un peu de la ville, mais surtout pour rencontrer la population des Bishnoïs, nous avons passe une demi journée en compagnie de Sanjay, qui nous a emmenés à une vingtaine de kilomètres de Jodhpur, dans les villages Bishnoïs. C’est toujours un peu à double tranchant de s’imposer dans un décor pour satisfaire notre curiosité, dans ces villages visités par les touristes. C’est pour cela que nous étions plutôt contents de partir avec Sanjay, qui est impliqué dans cette communauté, connaît les familles, leurs petits soucis de santé, de maison, ect. Avec ou sans touristes, il leur rend visite, comme son père avant lui, et leur porte des médicaments, s’enquiert des nouvelles du village.

Nous avons eu l’occasion de prendre le thé avec Mira et Shukram, 94 ans tous les deux. On aimerait bien avoir leur forme à leur âge ! Mira nous a semblé d’une souplesse inattendue, s’asseyant pour écraser le gingembre, se relevant pour récupérer une passoire, préparant le mélange à même le sol, attisant le feu. Une maman voisine, Asham (veut dire espoir en hindi) et son petit garçon Ayush, sont passés discuter.

Les Bishnoïs pourvoient à leurs besoins alimentaires par l’agriculture (millet, sésame), et ont des rentrées d’argent par les pots en argile qu’ils façonnent, et vendent en gros à des distributeurs (60 roupies pièce, revendu ensuite 100 roupies). Ces pots sont imperméables et servent à stocker l’eau au frais lors des fortes chaleurs. On a eu la chance de voir un de ces pots confectionné, à partir d’argile du lac alentour. Si vous avez déjà tenté la pâte à pizza maison, ça vous donne une petite idée de ce que le poids de l’argile pour un pot de 40 litres peut représenter à manier ! Ensuite, ça sèche au soleil pendant deux jours, avant de passer au four, où ils prennent leur couleur blanche.

Les Bishnoïs suivent 29 principes de vie qui leur ont été inspirés par leur fondateur et dieu au début du XVI e siècle, et c’est d’ailleurs de la qu’est tiré leur nom. Bish (20) et Noï (9). Un principe majeur est de ne pas couper les arbres. Entre autres, ils ne tuent pas d’animaux, mangent strictement végétarien, sont non violents, et ne boivent pas d’alcool. Sanjay nous a expliqué qu’au XVIII e siècle, lorsque les coupeurs de bois du maharadja étaient venus couper du bois pour ses meubles, les Bishnoïs prirent un arbre à bras le corps pour les protéger. Les coupeurs se mirent à couper et massacrèrent quelques 363 personnes. Les Bishnoïs sont des écologistes fervents avant l’heure, perpétuent les principes, et sont prêts se sacrifier pour sauver la nature.

Sur le retour, nous avons croisé des antilopes, des gazelles, et quelques pélicans !

Nous recommandons l’agence de Sanjay, Poly Travels, qui utilise l’intégralité des fonds récupérés en emmenant les touristes en visite, pour acheter des médicaments ou rebâtir des maisons. Vous pouvez aussi les consulter sur Trip Advisor.

Sanjay et sa famille ont une guest house, Mandore guest house. Nous n’y avons pas été car nous ne l’avons su qu’après mais si vous cherchez un adresse chic, n’hésitez pas.

lady-seated-mehrangarh-fort

Une dame assise – forteresse de Mehrangarh

mehrangarh-fort

La forteresse à flanc de falaise.

view-from-mehrangarh-fort

Lolo aux aguets depuis la forteresse.

English version:

After a good night’s rest, we leave for a stroll through the old town, towards the fortress of Mehrangarh, built in the 15th century and perched at the top of the cliff. It’s impressive. The palace was transformed into a museum, after the maharadjas moved to another palace around.

We wandered around the numerous rooms, between weapons, armor, elephant nacelles, palanquins (equivalent of our sedan chairs, except these ones needed 8) in wicker and glass, iron and chiseled wood, and the babies’ maharaja prams. Very beautiful rooms, such as the reception hall and dance shows, the Maharadja room, or the audience hall with the omnipresent mucharabiehs. It is a jewel of a fortress, with interior courtyards with magnificent windows looking like stone lace. It is perhaps the fort that has conquered us most.

To escape a bit from the city, but above all to meet the Bishnoi population, we spent half a day with Sanjay, who took us some twenty kilometers away from Jodhpur to the Bishnoi villages. It is always a bit sensitive to impose itself in these people’ villages to satisfy our curiosity, just like many other tourists. That’s why we were quite happy to go with Sanjay, who is involved in this community, knows the families, their little concerns about health, house, ect. With or without tourists, he visits them (like his father before him), bring them medicines and inquires about the village news.

We had the opportunity to have tea with Mira and Shukram, 94 years old both. Would be great to be in such a good shape coming to their age! Mira seemed to us unexpectedly flexible, sitting down to crush the ginger, standing up to pick up a strainer, preparing the mixture on the floor, fanning the fire. A neighboring mother, Asham (means ‘hope’ in Hindi) and her little boy Ayush, went to chat.

The Bishnoi provide for their food thanks to agriculture (millet, sesame), and earn money by selling clay pots they make to distributors (60 rupees piece, then wholesaler sells it 100 rupees ). These pots are waterproof and serve to store the water in cool during the hot temperatures. We were lucky to see one of these pots made from clay from the surrounding lake. If you’ve ever tried homemade pizza dough, it gives you an idea of what the weight of clay for a 40-liter pot can be to handle! Then, it dries in the sun for two days, before going to the oven, where they take their white color.

The Bishnoi follow 29 principles of life inspired by their founder and god at the beginning of the 16th century, and it is from this that their name is derived. Bish (20) and Noi (9). A major principle is not to cut trees. Among other things, they do not kill animals, eat strictly vegetarian, are non-violent, and do not drink alcohol. Sanjay explained that in the eighteenth century, when the maharadja cutters had come to cut wood for its furniture, the Bishnoi embraced a tree with their arms to protect them. The cutters began cutting and massacring some 363 people. The Bishnoi are fervent ecologists before the hour, perpetuate the principles, and are ready to sacrifice themselves to save nature.

On the way back we came across antelopes, gazelles, and a few pelicans!

We recommend the Sanjay travel agency, Poly Travels, which reinvests all the money from the tours in buying medicines or rebuilding houses for the villagers. You can also check them out on Trip Advisor.

4 thoughts on “Jodhpur, villages Bishnoïs

  1. C’est vrai que vos photos sont magnifiques !!!
    Si vous décidiez de publier votre carnet de votre voyage, je veux être la première à l’acheter.
    Continuez à nous faire rêver… trop fière de vous deux.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s