Udaipur, Ranakpur

English version available further down

Nous voilà dès potron-minet à la gare de Udaipur, affairés à négocier notre rickshaw. Guest house trouvée, sacs posés, on commence à être bien rôdés. On visite le City palace et le fort, qui nous ont encore une fois ravis. Pourtant grande comme 10 fois Bundi, Udaipur a une ambiance apaisante, sans doute car elle est organisée autour d’un lac, le lac Pichola. C’est d’ailleurs étonnant de voir un si grand plan d’eau dans une région aussi sèche. L’atmosphère devient magique au coucher du soleil, que nous avons pu apprécier depuis l’un des nombreux roof tops de la ville, avec une vue sur les ghâts (escaliers qui donnent sur le lac).

Des couleurs somptueuses, que vous retrouverez sur l’album de Udaipur ici.

Avant de rejoindre Jodhpur, nous faisons une halte à Ranakpur, où le plus grand temple Jaïn du pays se trouve. Après 3 heures de secousses dans le bus, on se dit que ça valait le coup ! Le temple, tout en marbre blanc est composé de plus d’un millier de colonnes finement ciselées. Il est en plein milieu de la montagne et il se dégage une atmosphère encore une fois particulière. L’expérience se poursuit autour des tables de la cantine des fidèles Jaïn. Le régime est strictement végétarien et tous les légumes à tubercules y sont bannis (car cela pourrait heurter les verres de terre ! – Les Jaïns sont protecteurs de toute forme de vie, et ils mangent avant le coucher du soleil pour être sûr de n’avaler aucune bestiole. On peut les voir avec un tissu devant la bouche pour la même raison-). En fin de compte nous nous sommes régalés à leur table, et nous avons appliqué à la lettre leur première consigne : ne rien laisser dans son assiette.

Nous reprenons la route vers Jodhpur, là encore dans un bus brinquebalant. Le trajet n’est vraiment pas agréable, avec un chauffeur fou du volant sur des routes qui ne se prêtent pas aux péripéties. Nous avons de la chance de trouver des places assises car après quelques arrêts dans les villages alentours le bus se remplit comme un puis sans fond et beaucoup font le trajet debout dans le couloir central. Ça se bouscule, ça entasse les bagages, ça sent mauvais, ça remue trop et un petit garçon finit par éclabousser l’allée centrale ! L’odeur en prime, nous arrivons après 3h de route à Jodhpur. La suite au prochain post ! En attendant, vous pouvez voir quelques photos en cliquant .

English version:

Here we are, early in the morning at the station of Udaipur, busy negotiating our rickshaw. Guest house found, bags laid, we start to be settled in. We visit the City Palace and the fort, which once again delighted us. Yet as big as 10 times Bundi, Udaipur has a soothing atmosphere, no doubt as it is organized around a lake, Lake Pichola. It is amazing to see this lake in such a dry region. The atmosphere becomes magical at sunset, which we enjoyed from one of the many roof tops of the city, with a view of the ghats (stairs that overlook the lake).

Sumptuous colors, which you will find on Udaipur’s album here.

Before reaching Jodhpur, we stop at Ranakpur, home of the largest Jain temple in the country. After 3 hours of jerking on the bus, we thought it was worth it! The temple is all made of white marble, and counts no less than 1444 finely chiseled columns. It is in the middle of the mountain and there is an atmosphere once again peculiar.

The experience continues around the tables of the Jain monks’ canteen. The diet is strictly vegetarian, and all tuberous vegetables are banned there (for it could hurt the earthworms!) – The Jains are protectors of all life forms, and they eat before sunset to be sure not to swallow any insect by accident. They can sometines  be seen with a cloth in front of the mouth for the same reason. In the end we had a blast eating with them, and we applied to the letter their first instruction: do not leave anything on the plate.

We take the road to Jodhpur, again in a spinning bus. The ride is really not pleasant, with a crazy driver who drives his bus like a F1 automobile, except the bus is so old it can almost fall into pieces. We are lucky to find seats because after a few stops in the surrounding villages the bus fills up like there are still seats available although people are standing in the corridor already. People push and shove, pile up the luggage God knows how, it smells very weird, the driver stirs the wheel right left and corner, and a little boy ends up splashing the central aisle! The added scent as a bonus, we arrive after 3h drive to Jodhpur.

2 thoughts on “Udaipur, Ranakpur

  1. Vos récits sont tellement vivants et imagés… on s’y croit vraiment… Mais pour le coup, on est quand même content de ne pas avoir les odeurs… et les images du chauffeur local prenant quelques “libertés” de conduite !…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s